Planète en formation

Planète en formationUne planète en formation vient-elle d’être découverte ? C’est en tous les cas ce que pense une équipe du Harvard – Smithsonian Center for Astrophysics. Utilisant le télescope ALMA installé au Chili, les chercheurs ont étudié l’étoile TW Hydrae située à quelques 175 années-lumière de nous, soit une distance assez proche à l’échelle de notre galaxie. Cette étoile est relativement jeune (10 millions d’années),  mais est surtout pourvue d’un disque de poussière autour d‘elle, dit disque protoplanétaire. Or des sillons découverts dans ce disque suggèrent fortement que des planètes sont en formation.

Grâce à une observation avec une précision jusque-là inégalée, l’étude a permis de découvrir un trou dans la poussière très proche de l’étoile (à environ la distance Terre-Soleil). C’est dans cette zone qu’une planète de taille terrestre pourrait être en formation, une version « nourrisson » de la planète bleue. TW Hydrae intéresse donc fortement les astronomes pour en apprendre plus sur les premiers stades de la vie des planètes et ainsi essayer de mieux comprendre comment notre système solaire s’est formé.

Après l’annonce de la découverte d’une planète de lave autour de l’étoile 55 Cancri il y a quelques jours, le monde des exoplanètes n’en finit plus de nous étonner.

Pour en savoir plus sur ces planètes dites extrasolaires, rendez-vous au planétarium pour la séance Découvrez de nouvelles planètes.

Remise des bourses aux lauréats de la Société d’Entraide de la Légion d’Honneur

Bravo à Samia et à Ritchie, lauréats des bourses de la Société d’Entraide de la Légion d’Honneur.

Le jeudi 11 février s’est tenue dans les superbes salons de l’Hôtel de Ville de Neuilly sur Seine la cérémonie de remise des bourses de la Société d’Entraide de la Légion d’Honneur. Parmi le groupe des lauréats, se trouvaient Samia ZITOUNI et Ritchie KITANTU, 2 jeunes des Ailes de la Ville.

Belle récompense pour les jeunes des Ailes de la Ville

Belle récompense pour les jeunes des Ailes de la Ville

De nombreuses personnalités publiques étaient présentes à cette occasion, parmi lesquelles Catherine MAUNOURY, le Général Gérard VITRY et Jean-François GEORGES. Moment agréable et valorisant pour nos jeunes avec un sympathique cocktail en clôture de la cérémonie.

Belle récompense pour les jeunes des Ailes de la Ville

Merci aux responsables de la Société d’Entraide, tout particulièrement à Mme et M CAZES qui pilotent la cellule de le Seine-Saint-Denis en partenariat étroit avec celle des Hauts de Seine. Merci aux 2 marraines qui vont suivre la progression de Samia et Ritchie durant toute l’année.

Belle récompense pour les jeunes des Ailes de la Ville

Encore félicitations à Samia et Ritchie, leurs collègues sont fiers d’eux.

Rachid BRADAÏ, directeur des Ailes de la Ville.

Plus d’infos sur Les Ailes de la Ville.

Des nouvelles des planètes

Une possible 9ème planèteHuit planètes sont actuellement connues dans le système solaire. Si nous sommes tous sur une de ces planètes, la Terre, seules cinq des sept autres peuvent être visibles dans le ciel à l’œil nu. Or à partir du 21 janvier et pour environ une quinzaine de jours, ces cinq planètes seront visibles le matin, un phénomène relativement  rare et spectaculaire. Pour cela, il vous faudra regarder vers le sud, bas sur l’horizon, juste avant le lever du Soleil et vous pourrez observer depuis le sud-est (sur votre gauche à l’endroit où le Soleil de lève) vers votre droite : Mercure, Vénus (la plus brillante des cinq), Saturne, Mars et Jupiter. C’est fin janvier que Mercure, la plus difficile à voir, sera dans les meilleures conditions d’observations. Il faudra néanmoins disposer d’un horizon sud dégagé, les planètes étant basses sur l’horizon.

La majorité des objets du système solaire reste néanmoins invisible à l’œil nu, ils nous sont connus par les télescopes et les sondes spatiales. Mais même avec ces puissants instruments, une partie du système solaire reste inexplorée. Et il pourrait bien receler une neuvième planète. Une équipe de l’institut Caltech a en effet découvert des indices fort suggérant la présence d’un objet dix fois plus massif que la Terre en orbite autour du Soleil, mais vingt fois plus loin que Neptune, la planète la plus lointaine actuellement connue. Ne la cherchez donc pas dans le ciel à l’œil nu, elle n’a encore jamais été observée directement. Des télescopes vont ainsi se lancer à la recherche de cette hypothétique planète pour confirmer, ou infirmer, son existence, même si cette quête devrait prendre encore plusieurs années.

Le système solaire est donc loin de nous avoir livré tous ses mystères.

Pour en savoir un peu plus sur son exploration, venez au planétarium pour la séance Voyage dans le système solaire.

Bonne année 2016 !

Catherine Maunoury, Directrice du musée de l’Air et de l’Espace et ses équipes vous présentent leurs meilleurs voeux pour 2016.

Envoyez des e-cards à vos ami(e)s
A l’aide des radios boutons, sélectionnez la carte que vous souhaitez envoyer.

01-concorde
02-canadair
03-fouga
04-boeing747
05-espace
06-concorde2
07-b26
8-hélice
9-rafale
10-fouga2
11-facadenuit
12-facadenuit2

Votre nom

Votre adresse E-mail

E-mail de votre ami(e)

Message de votre carte électronique


Vos coordonnées ne seront pas enregistrées : elles ne serviront qu’à acheminer vos e-cards.

Nouvelle découverte aux confins du système solaire

newhorizons-plutonLe système solaire connu comprend un nouveau membre. Sobrement appelé pour l’heure V774104, cet astre serait l’objet le plus lointain jamais observé dans notre système solaire avec une distance d’environ 15,4 milliards de kilomètres au Soleil, soit plus de deux fois et demi la distance moyenne entre Pluton et le Soleil. Pluton est l’objet le plus lointain à avoir été visité par une sonde spatiale, New Horizons, après un voyage long de près de dix ans.
Si l’on connait peu de choses encore sur les caractéristiques de cet astre, notamment sa taille exacte et son orbite, cette découverte va permettre d’en apprendre un petit peu plus sur ce que l’on appelle les objets transneptuniens. Ces astres, dont le nom vient du fait qu’ils orbitent au-delà de la planète Neptune, sont très difficiles à observer et à caractériser, mais nous permettent de découvrir les confins de notre système solaire. Leur étude n’en est encore qu’à ses tout débuts.

Apprenez-en plus sur le système solaire avec la séance Voyage dans le système solaire au planétarium  du musée de l’Air et de l’Espace.

De l’oxygène sur Tchoury !

Comète TchouryC’est une surprise de taille qu’a révélée l’instrument Rosina de la sonde Rosetta : il y a de l’oxygène en relative abondance, dans la queue de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, plus connue sous le surnom de Tchoury. Or cet oxygène est présent sous sa forme dite moléculaire ou dioxygène (0²), autrement dit celle que l’on trouve dans l’air autour de nous. Et cette forme semble très peu répandue dans l’Univers d’après les connaissances actuelles. La question se pose alors de l’origine de cette présence et de cette abondance d’O² sur Tchoury, et de son influence éventuelle dans les scénarios de formation de notre système solaire. Les comètes sont en effet des témoins de cette formation, n’ayant que très peu évolué depuis. Un nouveau chapitre donc dans la saga de l’étude de ces astres.
Vous pourrez découvrir les comètes et la mission Rosetta dans l’exposition Comètes jusqu’au 3 janvier au musée de l’air et de l’espace.

Lunettes spéciales en stock pour regarder l’éclipse du soleil au musée de l’Air et de l’Espace

eclipse-lunettes
Ce vendredi, rendez-vous au musée pour observer l’éclipse de Soleil ! De 9h30 à 11h40, notre satellite va occulter l’astre du jour (point maximum vers 10h30). Observations gratuites depuis le tarmac (lunettes fournies sur place) ! Ce phénomène astronomique unique ne se reproduira pas avec une telle amplitude depuis l’hexagone avant le 12 mars 2026. Quatre séances grand public de planétarium « spéciales éclipses » seront aussi proposées en matinée à 10h, 10h45, 11h30 et 12h15 (accès payant).

Tentative de réveil de Philae sur la comète « Tchouri »

philea-museeairespace
Depuis le jeudi 12 mars, les équipes de l’ESA et du CNES tentent de contacter le module Philae qui a atterri le 12 novembre dernier sur la comète 67P Churyumov/Gerasimenko, plus connu sous le surnom de « Tchouri ». Après trois jours de travail sur le sol cométaire, Philae s’est mis en sommeil en raison du manque  d’énergie solaire pour alimenter ses panneaux et ainsi recharger ses batteries.
La comète se rapprochant du Soleil, les ingénieurs espèrent que l’atterrisseur reçoit dorénavant assez d’énergie pour se réveiller et ainsi nous transmettre de nouvelles données. L’orbiteur de la mission Rosetta qui continue à étudier « Tchouri » depuis le mois d’août 2014 tente donc d’entrer en communication avec Philae.
Philea, la maquette dynamique exposée au musée depuis la mi-novembre, est repartie quant à elle pour une cure de jouvence. Son retour dans le hall de l’espace est prévu pour début mai.
L’exposition sur les comètes et le film de la réalisation de Philea est toujours visible dans le hall de la conquête spatiale.

Le Bermuda, la Goélette tahitienne à l’honneur sur la chaine France Ô

Tahiti-1968-F-OBIP-Bermuda-MuseeAirEspace
La chaîne France Ô s’est rapprochée du musée de l’air et de l’espace afin de présenter la saga de cet hydravion géant qu’est le Bermuda, depuis ses adieux à Tahiti jusqu’à son arrivée au musée de l’Air et de l’Espace après un convoyage exceptionnel par mer et par route. Il est actuellement abrité dans un des hangars du musée, au sein de la zone technique de Dugny. Il est utilisé comme support d’apprentissage dans le cadre du programme de formation-insertion de l’association les Ailes de la Ville. Le président des Ailes de la Ville, Jean-François Georges, présente dans ce reportage la vocation de l’association et raconte la fabuleuse histoire du Bermuda. Pour leur part, les jeunes ont brillamment présenté le travail qu’ils effectuent pour la restauration des flotteurs et des moteurs de l’hydravion. Bravo à Ritchie et à Antony pour leur brio. Merci à l’équipe de France Ô pour ce reportage qui ne manquera pas de plaire aux nombreux fans du Bermuda en Polynésie française.
Rachid BRADAÏ, directeur des Ailes de la Ville.
Plus d’infos sur Les Ailes de la Ville.

Voir le reportage de 3 minutes en vidéo sur France Ô (Bermuda – Début du sujet à 10’30).

Le musée de l’Air et de l’Espace recrute son/sa webmaster éditorial

concorde-f-btsd-sierra-delta-en-vol-web
Créé en 2008, le poste de Webmaster éditorial du musée de l’Air et de l’Espace sera libéré mi-avril. C’est avec beaucoup de tristesse, mélangée à une très grande joie que Xavier Derégel, l’actuel webmaster, s’envolera à mach II vers une nouvelle stratosphère… Il reviendra ici vous raconter les six ans de Bonheur qu’il a passé au musée, mais en attendant, le musée doit recruter son/sa remplaçant(e) ! Alors à vous de jouer, si vous connaissez quelqu’un dans votre entourage qui correspondrait au profil, n’hésitez pas à diffuser cette opportunité autour de vous. L’offre est par là : http://www.museeairespace.fr/lequipage/recrutement/  © Photo Air France – DR