M. Pierre François, pilote du Bermuda en Polynésie, a visité les Ailes de la Ville

Pierre François visite le Bermuda aux Ailes de la Ville

Quelle satisfaction, et quel plaisir… pour le groupe des Ailes de la Ville d’avoir eu la visite de M. Pierre FRANÇOIS (en blouson vert, au centre de la photo), accompagné de son épouse et de M. Bruno GOURDON, ancien pilote d’Air France et grand ami du musée. M. Pierre FRANÇOIS a piloté plusieurs années le Bermuda en Polynésie. Je n’exagère en rien en disant qu’il a captivé les jeunes et les moins jeunes (comme les formateurs et moi-même) et nous a fait voyager dans le temps et l’espace. Il a fait revivre la machine qu’ils restaurent, en leur faisant réaliser qu’elle a une histoire, et j’aime dire une âme. Pour les non-initiés, débrouillez-vous pour trouver ce que signifient le « Kiss landing » ou « l’amerrissage mirage » et leurs terribles effets. Il leur a raconté l’histoire et le labeur de WINCHESTER, la personne, plutôt athlétique, postée sur le nez de l’appareil chargée de jeter l’ancre après amerrissage (c’est un bateau volant) et surtout de la retirer pour décoller. Sacré boulot, après lequel tous les ennuis sont pour le pilote en raison des mouvements compliqués des vents pour décoller, ce sont des îles et donc c’est plutôt compliqué de s’élever en l’air. Quel moment ! Les jeunes et moi-même avons arraché la promesse que M. Pierre FRANÇOIS reviendra pour une autre visite au Bermuda et au musée. Je dois dire, pour être honnête que la promesse a été donnée avec beaucoup de bonne volonté. Merci aux 3 personnes qui ont créé et partagé avec nous ce moment lumineux.
Rachid BRADAÏ, Directeur des Ailes de la Ville.
Plus d’infos sur les Ailes de la Ville

10 réflexions au sujet de « M. Pierre François, pilote du Bermuda en Polynésie, a visité les Ailes de la Ville »

  1. C’est avec ce genre de rencontre que la société avance. Parler de son expérience, transmettre son savoir, ses connaissances, faire partager son histoire est une valeur essentielle pour le dialogue entre les jeunes et leurs aînés, pour cohabiter en toute quiétude, pour vivre en harmonie. Malheureusement, cela se perd à notre époque. Mais heureusement il y a les Ailes de le Ville et le Bermuda pour combler ce manque et faire profiter une partie de la jeunesse qui a la chance depuis novembre 2008 de bénéficier du soutien des hommes et du Bermuda pour avancer et construire leur propre vie personnelle et professionnelle. Il y a un dialogue et ils se sentent utiles voire fiers. Aucun doute que le Bermuda est présent par sa masse mais surtout par son âme. Il est le lien entre les générations.
    PS. Nul doute que M. Pierre François a dû se sentir très ému au contact du Bermuda et des jeunes. Qu’est devenu Guy Winchester ?

  2. Bonjour, Lecteur asidu de votre rubrique et du suivi de la remise en état du fameux Bermuda Polynésien, quel a été ma surprise de revoir notre ami Pierre François, j’ai été mécanicien de piste sur cet avion de 69 à sa mise au rencard.
    Oui que c’est vrai, nous en gardons de bons souvenirs, pour la mise à l’eau et le sortir de l’eau, sans parler des dépannages en mer.
    Je veux bien que ce message lui soit transmis avec le bonjour de tous les amis, les frères Winchester et moi même.
    Merci pour ce bon souvenir.
    Cela fait deux fois que je vais au Musée pour le voir, mais à chaque fois, il était en atelier pour sa réparation, j’espère le revoir en exposition très bientôt!
    Bonne Année à tous
    Salutations
    RICHARD Constant

  3. Réponse à Véronique,
    Nous sommes toujours là les anciens, Raymond et Noël Winchester vivent une retraite paisible, sans oublier leurs souvenirs du début de l’aviation en Polynésie, justement, il n’y a pas longtemps a eu lieu la réunion du souvenir des anciens où l’on a bien parlé du bon temps.
    Amicalement

  4. Bonjour à tous,
    J’ai revu avec grand plaisir et beaucoup d’émotion ce bel oiseau qu’est le BERMUDA et je suis surtout ravi qu’il ne termine pas sa vie au fond du lagon de FAAA !
    C’est avec joie que j’ai découvert que « les AILES DE LA VILLE » ont en main sa restauration.
    Et c’est également volontiers que je vous propose de me contacter si vous pensez qu’une nouvelle visite (et quelques récits de mon expérience de plusieurs années de vols sur cette machine) puisse apporter un plus aux jeunes qui travaillent à sa restauration.
    Bien amicalement,
    Pierre FRANCOIS

  5. Pour Richard Constant,
    Merci pour vos messages. C’est un réel plaisir de vous lire. Désolée de répondre si tardivement mais il y a longtemps que je n’ai pas consulté le blog des AdV. Désolée aussi pour le prénom. J’avais lu quelque part que le fameux Winchester se prénommait Guy. Je ne savais pas qu’ils étaient deux frères. Toutes mes excuses et mes cordiales et respectueuses salutations à ces messieurs. Deux c’est encore mieux et ça devait être quelque chose ! Vous deviez former une sacrée équipe et vous avez dû vivre de sacrés bons moments à en croire vos commentaires qui traduisent des souvenirs intacts, inoubliables, indélébiles. Le Bermuda est visible dans son bel hangar construit spécialement pour lui. Le hangar est situé à côté des ateliers de restauration du Musée de l’Air et de l’espace, sur le site de Dugny. Et je crois savoir que vous êtes tous les bienvenus et vous devriez même être contactés sous peu. Avec mes respectueuses et non moins amicales salutations.

  6. Pour Pierre François,
    Je sais de source sûre que votre visite a marqué les esprits. Et votre aimable et bienveillante proposition sera sans nul doute accueillie avec joie, réel plaisir et impatience par les jeunes (anciens et nouveaux) et l’équipe d’encadrement des Ailes de la Ville. Je crois savoir que justement, ils cherchaient à vous contacter.
    Je n’étais pas présente lors de votre mémorable visite. J’espère être là lors de votre prochaine visite pour avoir l’immense chance de vous écouter et de nous faire voyager. Personne ne peut rester insensible à ce bel hydravion et aux Hommes qui ont fait son histoire, leur histoire commune. Ce « paquebot des mers » est d’une incroyable prestance. A sa seule vue, il impressionne, c’est en tout cas l’effet qu’il m’a fait. Et comme dirait nos amis québécois : « je suis tombée en amour » devant cette merveille, ce bel oiseau.
    Avec mes respectueuses et non moins amicales salutations.

  7. Merci à M Pierre FRANCOIS pour le magique moment partagé aux ADV. Les jeunes ne l’ont pas oublié. Ce serait magnifique d’avoir une 2ème visite et de pouvoir bénéficier de récits sur cette superbe machine. J’attends avec joie votre contact. Merci. Rachid BRADAÏ.

  8. Joyeux Noël et Meilleurs pour la nouvelle année
    Je suis de passage sur Paris en début juin 2013 et très certainement ma visite annuelle au musée. Comment faire pour revoir le Bermuda, puis-je avoir un numéro à contacter?
    Pour l’anecdote du Bermuda en Polynésie, Noël Winchester, Emile Tiaiho et Terripaia étaient les responsables du jeter de l’encre et au départ si ça coinçait, ils plongaient! Raymond Winchester, Lévêque, moi même mécano. Il ne fallait pas oublier de penser aussi à toute la fourmilière qui permet de remettre en état de vol notre gros oiseau des Iles, le service ménage, le service hotelier et aussi le service de la billetterie.
    A très bientôt pour de nouvelles lectures

  9. Bonjour à tous,
    C’est avec une joie réelle que j’ai fait cette seconde visite aux Ailes de la Ville.
    Retrouver cette machine est émouvant à plus d’un titre. Evoquer avec vous les souvenirs anecdotiques de décollages ou d’amerrissages délicats pour ne pas dire acrobatiques me fait prendre la mesure de l’écart existant entre le pilotage de cet hydravion à cette époque et celui d’un Airbus 340 aux commandes duquel j’ai terminé ma carrière.
    Mais retrouver votre équipe, voir l’intérêt que vous, jeunes gens et jeunes filles stagiaires, aidés des formateurs de cette formidable association, vous portez à cette restauration est pour moi un véritable bonheur.
    Pour accéder a vos métier de demain, avoir un support tel que le Bermuda et sa restauration, est une belle porte ouverte sur le monde tellement vaste de ceux de l’aviation.
    Je reviendrai vous voir, c’est promis. Pour vous raconter de nouvelles anecdotes mais aussi pour vous encourager dans la progression vers ces métiers que vous avez choisi et pour lesquels, nous pilotes, avons beaucoup de respect.
    Bien amicalement,

    Pierre FRANÇOIS

  10. Ping : Nouvelle visite de Pierre François aux Ailes de la Ville « Blog officiel du musée de l'Air et de l'Espace

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>