Nous avons perdu un membre d’équipage : Xavier Massé

Xavier Massé

Xavier Massé, 46 ans, chef du département aviation du musée de l’Air et de l’Espace, a disparu aux commandes d’un avion de voltige samedi 4 juin 2011, en compagnie de son père, Claude.

Pilote privé depuis l’âge de 15 ans, devenu un professionnel éclectique (du cargo chez FedEx sur Cessna C208 au largage de parachutistes sur Pilatus PC6) il totalisait plus de 7 000 heures de vol. A l’âge de 26 ans, il en avait déjà effectué 3 600 !

Journaliste aéronautique pour de nombreux magazines spécialisés (Info-Pilote, Aviation & Pilote, Volez!), il était également auteur de livres sur les avions Jodel, Mudry, Robin, Piel, le Concorde et les femmes dans l’aéronautique.

Depuis 2008, son tempérament et sa joie de vivre ont insufflé une dynamique peu ordinaire au musée. Son bonheur d’y travailler ne s’exprimait jamais autant que lorsqu’il parvenait à faire entrer en collection un aéronef arrivé en vol.

Nos pensées vont vers sa maman Francine, son frère Patrick, ses enfants Pauline et Philippe, sa compagne Émilie ainsi que tous ses amis de la communauté aéronautique.

Affectueusement,
L’équipage du musée de l’Air et de l’Espace | Hommage en images

37 réflexions au sujet de « Nous avons perdu un membre d’équipage : Xavier Massé »

  1. On s’est connus un peu avant ton arrivée au musée, quelle joie cela a été de t’y retrouver ! J’entends encore ton rire, je vois ton sourire, je rigole après tes petites boutades quotidiennes. Nous avions tous les deux écrit un livre sur Concorde, nous étions les 2 Xavier du musée, je ne recevrais désormais plus tes mails par erreur… ni toi les miens ! Qu’est-ce que tu vas me manquer !

  2. Aurevoir mon cher Xavier. Beaucoup de moments partagés depuis notre rencontre en 2002 sur le terrain de Blois dans l’insolite hangar de notre ami Patrick. Je retiendrai surtout celui de ton arrivée au musée, après plusieurs mois de « suspens » quant à ta candidature, ce musée que tu aimais passionnément de façon tellement désinteressée, et ta profonde affection pour mon petit Ferdinand, que tu appelais « mon copain », dont tu prenais des nouvelles chaque jour et dont tu jalousais le parrain « officiel ». Nos bureaux n’étaient pas très éloignés. Comme je l’ai dit ailleurs, le petit « toc toc » de 18h45 va sacrément me manquer. Sans oublier bien sûr, tous ces instants « aéro », les meetings, les sorties clubs etc. Peut-être arriverai-je un jour à surmonter ma peur et à sauter en para (ce n’est pas gagné !), ce jour-là je penserai à toi qui me répétait : « Alors, quand est-ce que je te largue ? ». En quelque sorte, tu nous as tous « largués » ce funeste jour de juin et nous ne savons pas comment atterrir. Pascal se joint à moi pour exprimer à l’ensemble du musée et tous ceux qui t’aimaient nos amitiés les plus sincères.

  3. Il y a très peu de temps, peut-être un mois, il était passé à l’arrêt de bus et nous avait pris au passage Françoise & moi. Il nous avait alors expliqué l’un de ses nombreux projets : aller en Norvège avec sa nouvelle voiture (un utilitaire dont je n’ai pas retenu la marque) qu’il allait transformer en petit nid pour pouvoir vagabonder et quand nous étions arrivés sur le parking, Laurent arrivait au même moment et Xavier avait dit « Je suis toujours très bien accompagné »… Je le revois encore, heureux de nous raconter son projet et riant aux éclats en disant cette dernière phrase. Et je suis si triste pour lui & ses proches que la vie ne lui ait pas laissé le temps de les réaliser.
    Nous n’étions pas vraiment proches mais nous étions collègues et les collègues font parties de notre quotidien, il manquera à ce quotidien.

  4. Un grand sourire, une grosse blague et un petit compliment : le rituel d’accueil, le matin au musée, par Xavier !

  5. Xavier,

    Tes sourires et tes blagues à 2 balles vont me manquer, tu ne m’appelleras plus Monsieur le Directeur… Je m’y étais trop vite habitué :)
    Je ne m’en fais pas pour toi, je te sais sur un nuage à regarder les avions d’en haut, il y fait bon, j’y suis passé un jour, embrasse nos familles et nos amis et moquez vous bien de nous si petit…
    Le plus dur c’est pour ceux qui restent ici bas, ta famille, tes amis, pour eux il n’y a pas de grands discours à faire, juste à leur dire comme disait Marcel Pagnol : « Tel est la vie des hommes, quelques joies très vite effacées par d’inoubliables chagrins … Je pense qu’il n’est pas nécessaire de le dire aux enfants »

  6. Salut mon petit Coco,

    Aucune chance que j’oublie jamais la découverte, bien calé dans ton aile, du musée et de ses réserves : Triton, Constel’, Invader, Skyraider… Tu les connaissais bien ces machines dont tu me dévoilais, comme à d’autres avant moi à coup sûr, le secret des cockpits mais tu t’émerveillais toujours… Cette capacité à ne pas se lasser des bonnes choses, à ne jamais être blasé, est peut-être ce que j’appréciais le plus chez toi. Un « ancien », parait-il, parlait du musée de l’Air comme d’un « petit paradis ». Je partage ce sentiment : on rencontre ici quelques vrais amoureux de leur métier et des collections. Des gens qui, chacun à sa manière, sont très attachés à ce lieu. Toi qui disais accomplir ici « le métier de tes rêves », tu contribuais à faire du musée mon « petit paradis » personnel. Il nous restait tant de choses à réaliser et de bêtises à dire…
    So long Flyboy

  7. Xavier, pas de chichi entre bon collègue de travail, alors le capital sympathie pour toi 100%. Incroyable mais vrais, toujours la banane. D’humeur égale et de bon humour à chacune de nos rencontres dans ce musée que tu affectionnais tant.
    De tout cœur avec ta famille, ton frère alfiste comme moi, tes enfants et Emilie.

  8. Moi aussi, j’avais droit à mon « Comment va M’sieur l’directeur ? » systématique quand nous nous saluions à nos bureaux, dans les galeries du musée ou à la cantine. Nous parlions davantage de moto et de femmes astronautes tous les deux mais tu as bien essayé de m’embarquer moi aussi pour un baptème de parachutisme. Je ne crois pas avoir jamais rencontré quelqu’un d’aussi constant dans sa bonne humeur et son enthousiasme. C’est un exemple à suivre, merci de nous l’avoir ainsi montré. Tu nous manques terriblement déjà, mes pensées vont ce soir à tes proches.

  9. Xavier,

    Dès mon arrivée au musée tu m’as prise sous ton aile bienveillante, tu as voulu faire toute mon éducation sur les avions, que la tache était difficile… Je suis tellement ignorante…Tu me parlais chinois à mon sens, mais tu as réussi à m’inculquer quelques notions. Tu es malheureusement parti bien avant d’avoir rempli ta mission.
    Tu m’as fait découvrir les airs: baptême de l’air, voltige, saut en parachute et tu aimais tellement dire que tu arrivais à « m’envoyer en l’air » sans même me toucher. C’était tellement vrai.
    Tous les jours, j’avais le plaisir de ta compagnie et de tes habitudes: la petite bise le matin à mon arrivée, le coup de téléphone à 11h30 pour m’indiquer l’heure du déjeuner, le trajet et le déjeuner complétés de boutades, parfois douteuses, la pose thé en fin d’après-midi et la bise avant de rentrer chez soi. Plein de gentillesse et de bonne humeur qui ponctuait le rythme de mes journées…Que cela me manque.
    Tu laisses à tous un grand vide dans nos coeurs…

  10. Nous aurions préféré te dire aurevoir autrement… Nous avons appris ton envol ce jour sur un petit terrain d’aérodrome où tu faisais du largage de parachutistes. Nous t’avons rencontrés en 2002, tu es venu faire du largage pour l’école de parachutisme dans laquelle nous étions. Notre route s’est croisé régulièrement sur les terrains. C’est avec une grande tristesse que nous écrivons ce petit message. Nous n’oublierons jamais la personne que tu étais, nous parlions souvent de toi et ta gentillesse, simplicité, calme et positivité en toutes circonstances. Tu resteras longtemps avec nous sur les terrains de parachutisme. Nous ne pouvons que transmettre à tes proches notre soutien. Un grand merci que nos chemins se soient croisés.
    Ton sourire nous manquera et ta bonne humeur continuera à nous guider.

  11. Cher Xavier,
    Combien de fois ai-je pu pester contre le volume de la sonnerie de ton téléphone et tes innombrables rendez-vous dans notre bureau…? Maintenant tout me semble trop calme. Ton éternel « salut Nat, tu vas bien? » chaque matin dès que tu passais la porte était toujours plein d’entrain. Nos discussions pouvaient être sérieuses mais elles nous menaient le plus souvent à la rigolade. On ne travaillait ensemble que depuis un an mais en peu de temps on a apprit à se connaître et à créer une belle complicité. Comme le dit Pascale, tu nous as largués samedi dernier mais ce vol-là on s’en serait tous passé… Je souris en te revoyant sauter par la fenêtre du bureau en quelques secondes avec ton appareil juste pour aller « shooter » un avion sur le parking. Tout ça me manquera beaucoup, tout comme ton rire et les petits mails que tu m’envoyais le soir une fois que j’étais partie, juste pour me dire « à demain Nat »…

  12. Tu nous quittes Xavier,
    La bande des « Sacagnole » est triste.
    Sur la pente école des collines de Marennes chaque fois qu’un avion décollant de Corbas nous fera lever la tête nous penseront à toi et aux bons moments passés ensemble lors de ton initiation au parapente et aux vols en Pilatus et sur le Gardant.

  13. Toute l’équipe du CFAI et les membres de l’Amicale du CFAI souhaitent rendre hommage à l’ancien élève de l’Ecole Technique SMN et regretté Xavier Massé. Nous garderons dans notre mémoire un homme qui mettait du cœur dans tout ce qu’il entreprenait, qui partageait sa passion avec ses compagnons et savait la communiquer aux novices, toujours enthousiaste pour témoigner, toujours prêt à initier…
    CFAI du Calvados et de la Manche. 14000 CAEN

  14. Bon vol avec ton père vers le paradis des pilotes ,tu vas y retrouver bien des amis.Mes condoléances très attristées a la fa mille .Koenig .

  15. Salut Xavier,

    Reconnaissons que tu as réussi à faire l’unanimité dans le concert d’hommages de la part de tous.
    Bien sûr à ce que j’adhère complètement à ce que beaucoup ont si merveilleusement écrit avec beaucoup de sensibilité sur ta joie de vivre, ton entrain, ton enthousiasme, ton large sourire et ta bonne humeur.
    Tu nous manqueras à tous et tu manqueras au musée sans aucun doute.
    Plusieurs fois, tu m’as dit y être heureux et que ton travail te comblait; Je m’en réjouissais chaque fois, pour toi autant que pour le musée.
    Tu ne pourras plus faire tienne la recommandation de Catherine de prononcer en dernier item de la check list « Avant décollage » les noms de ceux qui te sont les plus chers. Quel dommage !
    Le dernier vol que j’ai fait avec toi le 26 mars 2011 restera gravé dans ma mémoire; j’avais confiance dans ton pilotage.

    Adieu l’ami, je t’aimais bien …

  16. Salut mon poto,

    Comment exprimer l’éloi ressenti par cette terrible nouvelle? Même si en tant que pompier, je ne pouvais ignorer que ta passion de l’air pouvant t’emporter vers d’autres cieux, jamais je n’aurais pensé à toi.
    Je t’ai connu voilà 2 ans, toujours la banane, super pro et vrai chambreur.
    Nos déconnades au CE et à chacune de nos rencontres, un mot sympa , une blague à deux balles et notre compétition pour savoir quel serait celui de nous deux , le mieux accompagné…
    Les gens t’adoraient pour ta gentillesse, ta bonne humeur et tes vrais valeurs. Les pompiers qui te connaissaient sont parmi ceux là…
    Jamais nous ne t’oublierons et je serais auprés de toi cet aprés midi, une nouvelle fois…une dernière fois.
    Je te remettrais l’insigne des pompiers que je t’avais promis, et que j’ai toujours oublié de te remettre , tu m’as assez branché avec ça!
    Salut mon poto, nous sommes tristes et toi tu t’es envolé …là haut!

  17. Xavier, jamais je ne pourrai oublier la passion qui t’animait, doublée d’une gentillesse et d’une bonne humeur constante qui faisaient l’unanimité. Tu aimais autant que nous ces 2 Concorde, tu nous l’a montré à plusieurs reprises. Je pense ce soir à tous ceux qui t’ont connu, aimé, apprécié, révolté par cette injustice qui t’a frappé.

  18. JE vois avec grande joie ce site internet consacré à mon papa. Je savais que beaucoup de gens l’aimé et le respecté mais pas à ce point là.
    Ca me fait vraiment chaud au coeur pour lui.
    Merci à tous, et merci au musée pour son hommage qui lui a été rendu, digne de ce nom.
    Avant tout, pour moi, Xavier était un père, dont sa disparition sera très difficile à réaliser et à accepter.
    JE suis sur que de là haut, il vous en remercie énormément pour tout, que vous avez été un ami, un collègue, un membre de sa famille…
    Merci encore pour lui…

  19. Membre actif du Musée Delta (Orly), j’ ai eu l’immense chance d’être frappé par l’exceptionnel charisme de Xavier dont les qualités humaines étaient hors du commun. Je suis venu lui dire au revoir en ce triste jour, fier du courage et de la prestation de son fils, extrêmement touché par le chagrin de sa compagne et de ses enfants, « heureux » malgré tout d’avoir pu apporter un peu de réconfort à son frère. Un vide immense vient de se créer. Comme beaucoup, je ne réalise pas son départ. Je garderai au fond de mon coeur son sourire, sa gentillesse, son écoute, son humour aussi. Mais pour l’heure, mes pensées vont à ses enfants et à Emilie. Comment les aider à surmonter cette épreuve ? Soyons à leurs côtés !

  20. Tout notre respect à Philippe dont le courage nous a bouleversés…

  21. Mes respects à Philippe.

    J’étais là aujourd’hui pour lui rendre hommage et lui dire au revoir, la cérémonie était pleine d’émotions.

    RIP

  22. Je partage votre douleur mais les mots me manquent pour l’exprimer pleinement.

  23. Xavier,

    Tu aimais à me taquiner en m’appelant « Patounette », Tu as toujours répondu présent pour m’aider dans les tournages, toujours de bonne humeur, ton absence va me manquer.
    J’aurai une pensée pour toi lors de la projection du dernier tournage que nous avons fait ensemble et qui sortira en février 2012.
    Ce fut une chance de t’avoir rencontré.

  24. Touchée par de graves problèmes familiaux, j’ai été éloignée du musée ces quinze derniers jours et je regrette de n’avoir pu être aux côtés de « l’Equipage du Musée » pour m’associer à cette peine infinie.
    Mon cher Xavier, ton enthousiasme communicatif pour le monde aéronautique, ta gentillesse, et ta bonne humeur constante vont terriblement nous manquer. Tu faisais partager ta passion pour tout ce qui vole à tous ceux qui t’approchaient. Pour nous, à l’accueil du Musée, tu avais pris l’habitude de nous tenir informées de tous les déplacements d’avions, ce qui nous permettait de donner des informations actualisées à nos visiteurs.
    Nous ne t’oublierons pas. Tu vas beaucoup nous manquer…
    Mes pensées vont vers tes proches et tout particulièrement Emilie que je connais. A tous, je souhaite beaucoup de courage dans cette terrible épreuve d’avoir perdu deux êtres chers.

  25. il était un des notres,un de deux dont la passion etait de perénniser ces avions dit »collectors ».
    je le connaissais très peu,mais sa passion est celle de nos membres,et nous la pratiquons depuis plus de 25 ans sur le site du musée au sud d’orly.
    C’est pourquoi nous sommes solidaires avec les siens,comme vient de le dire Eric Domage,un des notres présent à la céremonie des Adieux.
    Avec nos très sincères condoléances..
    Le Président d’Athis Parat Aviation Musée Delta…….Jacques Bossuet

  26. Xavier

    On dit que la vie est belle mais parfois elle est bien cruelle!
    Dire que je t’avais vu la veille de ce triste jour!
    Dès que tu me voyais, tu disais : »voilà le tombeur de ces dames »!
    Tu manqueras beaucoup à ces dames et à moi aussi!
    Toutes mes pensées vont à ta famille.

  27. C’est avec regrets que j’apprends le décès de Mr xavier Masse. Je vous présente mes sincères condoléances, mes pensées vont à sa famille en leur souhaitant du courage pour traverser ces moments difficiles.

  28. Xavier
    votre passion,votre écoute,votre presence vont nous manquez.J’avais appréçié nos quelques discussions sur le pointu.
    Sincères condoléances a sa famille.
    Pascal

  29. Je ne vous connais pas, vous sa famille, proches et Amis de Xavier, je ne le connais ni de loin ni de près, si ce n’est par la presse écrite aéronautique et ses actions au musée de l’air pour faire vibrer l’âme des passionnés, je me joints à vous tous pour vous faire part de mes condoléances à son fils, famille, proches et amis, en tant que pilote. je sais au combien de vivre une épreuve comme celle ci, est d’une dureté sans précédent..
    Toutes mes pensées les plus sincères à vous..

    GIP06, Pilote

  30. Au revoir Xavier,
    On s’est connus en 1984-85, à l’époque où tu faisais du remorqué de planeurs à Issoudun, étudiant descendu de Falaise pour l’été dans un club de vol à voile sympa du berry, histoire d’ajouter quelques dizaines d’heures de Rallye et de Robin à ton carnet de vol. Quelle ne fut pas ma surprise de te retrouver une bonne dizaine d’années plus tard opticien boulevard du Montparnasse à Paris : la crise du transport aérien t’avait poussé à la reconversion, mais le « virus » était toujours en toi .
    Après tu as quitté Paris pour le sud-ouest et le largage de paras, mais aussi commencer ta carrière d’historien de l’aviation légère française. J’ai découvert en même temps que la triste nouvelle ton dernier poste au musée de l’air : mais pas de doute là dessus, il te revenait de plein droit : il était sur le chemin que tu avais tracé toi-même…..
    Louis

  31. Xavier
    Ami de moments heureux quand, à La Ferté Gaucher, suspendu à l’hélice, tu nous portais vers 4000 mêtres
    Sur Axe! Tu nous donnais le vert
    Echange d(un dernier sourire avant, pour nous l’adrénaline de la chute, pour toi celle de la course à la descente pour retrouver le sol avant nous.
    Que de moments heureux dans cette passion partagée de l’air, du vol…
    Que de moments heureux dans les rires du soir.
    Désormais pour retrouver ton sourire nous chercherons dans le ciel, surtout la nuit, une étoile nous dira où tu es: Nous sommes tous des poussières d’étoiles Xavier
    Embrasse bien Francine, René, toute la famille pour nous
    Marc et toute « la famille Labrucherie des aviateurs »avec Nicole bien sur.

  32. PS C’est la recopie par mail de la lettre manuscrite arrivée au Musée dès le 10 Juin et remise à la famille dans le cahier d’hommages

  33. Cette fois-ci, c’est plus qu’un au revoir, et ça fait mal. Je ne t’oublierai pas.

  34. Quelle tristesse, quel chagrin !
    J’ai récemment eu connaissance de ton envolée finale vers ce ciel que tu adorais tant sillonner depuis des décennies, avec cette passion et cet enthousiasme des machines volantes chevillés au corps comme je l’avais rarement vu.
    Comme tous ici, je ne pourrai oublier ton sourire, ta bonne humeur, ta gentillesse… mais également tes airs groggy certains matins à l’aube sur les taxiways de CDG lorsque nous étions prêts à distribuer les colis Fedex aux quatre coins de la France. Ca me mettait un peu en rogne parce qu’il fallait te surveiller, mais au fond de moi-même ça me faisait rire en douce… parce que je ne devais pas l’être beaucoup moins, groggy.
    Et lorsqu’en niveau stabilisé, un peu plus tard dans la matinée, tu étais réveillé, quel plaisir c’était de discuter avion… avion… et encore avion.
    Que de souvenirs de cette année Fedex pendant laquelle nos chemins s’étaient croisés.
    Je n’ai pas oublié la collection de timbres Aviation que tu m’avais fait découvrir chez toi un soir à Paris lors de notre dernière rencontre… il y a presque vingt ans… déjà, juste avant ton départ pour le sud-ouest pour une reconversion dans le métier de l’optique.
    Quel plaisir d’avoir pu se reparler au téléphone il y a deux ans et d’apprendre que tu avais replongé assez rapidement dans les vagues de ta vraie passion, l’aéronautique.
    Quel désarroi à présent d’apprendre que cette passion nous t’a enlevé à jamais, bien trop tôt.

    Adieu Xavier. Adieu l’ami !

  35. bonjour je viens seulement d’apprendre le décès de Xavier MASSE, j’adresse mes condoléances a la famille.

    Que de bons souvenirs de notre jeunesse, nous avons fait notre formation ensemble a l’aéroclub de FALAISE et de nombreux vols ensemble sur « jodel » . Beaucoup de souvenirs et de rigolades. J’ai également une photo de Xavier a l’age de 15 ans sur un avion de type » harrier » sur le terrain de FALAISE, si la famille désire la photo je peu leurs envoyer. J’aurai tellement aimer te revoir un jour, mais la vie en a décider autrement…

  36. Ping : Xavier Massé (1965-2011) : 1 an déjà… « Blog officiel du musée de l'Air et de l'Espace

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>